Ambassadeurs de marque

Faire partie du service extérieur du Canada et pouvoir représenter et servir son pays à l’étranger est un privilège et un honneur.

Bien que le Canada soit devenu un dominion autonome en 1867, il continuait d’être subordonné à l’Empire britannique et ne disposait d’aucun ministère pour gérer ses relations internationales. Ce n’est qu’en 1880 que le Canada nomme un haut-commissaire à Londres pour y défendre ses intérêts. Deux ans plus tard, il en fait de même à Paris. Le ministère du Commerce est créé en 1892 et le premier délégué commercial du Canada est nommé en Australie en 1894.

Cette année marque le 110e anniversaire de la création du ministère des Affaires extérieures du Canada. En effet, c’est en 1909 qu’une nouvelle institution a vu le jour, représentant la politique étrangère du Canada avec sa propre optique sur le monde.

Pour commémorer cet événement historique, l’Association des chefs de mission à la retraite (ACMAR) a décidé de mettre en relief la carrière de vingt « ambassadeurs de marque », dans le but de mieux faire comprendre au public le rôle essentiel que joue la diplomatie dans la poursuite des objectifs du Canada à l’échelle nationale et internationale.

Cette tâche s’est révélée extrêmement difficile vu le grand nombre d’ambassadeurs, de hauts commissaires et de consuls généraux qui ont fait carrière au fil des ans et qui méritent d’être soulignés. Nous avons invité les membres à nous soumettre leurs préférences à deux reprises et recueillis les conseils fournis par un « kitchen cabinet » (groupe de conseillers) composé de personnes externes expertes en politique étrangère.  Finalement, quatre-vingt-neuf noms ont été soumis au comité de sélection composé de cinq membres représentatifs du conseil d’administration de l’ACMAR présidé par Gary J. Smith et comprenant Gaston Barban, Richard Kohler, Anne Leahy et Louise Léger

Les critères de sélection étaient les suivants:

  • Devait avoir été chef de mission (CDM).
  • Pourrait être vivant ou mort mais ne plus servir en tant que diplomate canadien.
  • A été impliqué dans une activité courante ou un événement majeur en tant que CDM, ce qui était inhabituel et avait une incidence importante sur la politique étrangère du Canada ou sur la manière dont le Canada était perçu dans le monde.
  • Établir un précédent en tant que CDM d’une manière qui ouvre la voie à d’autres diplomates.
  • Était-ce une personne qui, à force de ses réalisations de longue date dans le domaine de la diplomatie et au-delà, devait être incluse pour montrer comment les diplomates canadiens en tant que profession ont fait une différence pour le Canada au pays et à l’étranger.

Il convient de noter que c’est en 1947 que le ministère des Affaires extérieures a accepté de nommer des femmes comme agents du service extérieur, et la première femme à devenir ambassadrice l’a été en 1958.

Le conseil d’administration de l’ACMAR a l’intention d’ajouter à la liste actuelle de vingt personnes dans un proche avenir et à la mesure de ses ressources.

Steve Marti (PhD), historien canadien, anciennement à la Section historique à Affaires mondiales Canada, a étudié et rédigé les profils. Traductions de Danielle Vinette.

Tous les textes et photos de Ambassadeurs de marque sont la propriété ou réservés à l’usage exclusif de l’Association des chefs de mission à la retraite (ACMAR). L’autorisation de leur utilisation, duplication ou reproduction sous n’importe quelle forme et à n’importe quelle fin doit être obtenue de l’Association à l’avance et par écrit.

Retired Heads of Mission Association | PO. BOX 53190 STN RIDEAU CENTRE OTTAWA ON. K1N 1C5 | 613-916-6358
2018-2019, Retired Heads of Mission Association Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Plan du site | Ottawa Web Design – WEBSHARK
Loading...